Porte Vital
Porte Vital

La guerre de Cent ans et les fortifications

En 1319, la ville est déjà ceinte de remparts.

En 1361, c’est la guerre de Cent Ans : la bastide subit les « excès » des troupes anglaises installées au château de Bar.

Le 13 février 1362 Sauveterre passe au Roi d’Angleterre. 

 

Le représentant du roi d'Angleterre, Jehan Chandos, reçoit des mains du maréchal Boucicault les clés de la tour de Sauveterre (« Tor del rey »).
Après la défaite de ses troupes à Compeyre (29 juin 1369) devant Jean d’Armagnac, le sénéchal anglais, Thomas de Wetenhale, se retire à Sauveterre avec les débris de son armée.
En Rouergue, Sauveterre fut la dernière place anglaise à céder. Le départ de la garnison sera rachetée à la fin de l’année 1369.

Les travaux menés aux fortifications pendant la période anglaise (échauguettes, hourdis, mâchicoulis, portes…) se poursuivent en 1372, 1374, 1377… Les consuls font renforcer le mur d’enceinte et les tours, obéissant aux injonctions du Duc d’Anjou.


La longue période de paix (1380 – 1415) ne ralentit pas ce mouvement. La ville entretient ses fossés, lève des impôts, s’impose un service de guet et de garde… 

L’essentiel du mur d’enceinte sera démoli dans la deuxième partie du XIX° siècle. Aujourd’hui, sussistent les deux portes sud (Saint-Christophe et Saint-Vital), la tour sud-est et un morceau du rempart est ainsi que plusieurs secteurs des douves qui ceinturaient la bastide et doublaient le rempart à l’extérieur.

Consultez le plan des fortifications, origine Pierre-Marie Marlhiac

 
Haut de page